4 jours sur Fraser Island à pied : notre découverte de l’île

Fraser Island, plus grande île de sable au monde, fait partie de nos coups de coeur d’Australie. Pour notre part, c’était une aventure de parcourir cette île durant 4 jours, à pied. (Re)vivez cette expérience avec nous et découvrez tous nos conseils pour arpenter l’île la plus dangereuse au monde que ca soit à pied, en 4×4 ou en excursion organisée.

FRASER ISLAND : UNE ÎLE SAUVAGE

Fraser Island est un incontournable lors d’un séjour sur la côte Est Australienne ! Nous recommandons vivement cette étape, cette île magique, faite uniquement de sable, est réputée comme la plus dangereuse au monde.
En effet, entre les courants dangereux, les requins, la forte population de dingos sur l’île et les charmants animaux australiens (araignées, serpents…), vous ne pouvez pas vous ennuyer.

Mais le jeu en vaut la chandelle, c’est l’île de sable la plus grande au monde : 120km de longueur pour 25km de largeur ! De plus, elle est dotée d’une faune et d’une flore exceptionnelle : lac cristallin d’eau de pluie, eucalyptus, dunes et mangroves.

Fraser Island est dotée d’une histoire particulière. Elle a d’abord été habitée par des aborigènes. Ils étaient plus de 3 000 à l’origine avant d’être décimés par les maladies des colons et envoyés dans des camps. Cette île a ensuite été le terrain d’entraînement de milliers de soldats durant la Seconde Guerre mondiale. En effet, elle a des conditions météorologiques semblable aux îles japonaises. Vous retrouverez d’ailleurs un certain nombre de leurs vestiges sur l’île, plutôt impressionnants !

En bref, cette île est à découvrir et fut l’un de nos coups de cœur en Australie. Notamment du fait que nous l’avons explorée d’une manière toute particulière que très peu ont osé : à pied, sac à dos et tente sur le dos. Notre périple de Fraser Island à pied aura duré 4 jours et fut inoubliable entre rencontres d’animaux sauvages et paysages paradisiaques. S’il vous reste du temps en Australie, découvrez aussi nos coups de cœur sur la Sunshine Coast.

Fraser Island à pied à travers les dunes de sable

FRASER ISLAND : NOS COUPS DE COEUR

  • Rencontrer les dingos
  • En prendre plein les yeux devant le Lac Mc Kenzie
  • Courir sur les dunes de sable
  • Tomber sur le lac Wabby entre sable et forêt
  • Découvrir le Maheno Shipwreck, une épave de bateau sur la plage
  • Marcher dans la rivière Eli Creek

PRÉPARATION DE FRASER ISLAND

Comment visiter l’île?

Il existe plusieurs moyens de visiter l’île, en 4×4 par soi-même, en excursion organisé ou à pied. C’est cette dernière solution que nous avons choisie.

Fraser Island en 4×4 :

Si vous comptez aller à Fraser Island en véhicule, il vous faudra impérativement un 4×4. Il sera nécessaire d’obtenir aussi le « vehicle access permit », le permis d’accès à l’île en voiture. De plus, il faudra aussi réserver le trajet en barge d’Hervey Bay (Rivers Heads) ou Rainbow Beach (Inskip Point). C’est un donc un sacré budget, autour de 500$ soit 350€.

Il est aussi possible de réserver un 4×4 aux nombreuses agences de location d’Herver Bay ou Rainbow Beach. Les divers frais seront inclus et du matériel vous sera prêté. C’est donc une bonne solution pour ceux n’ayant pas de véhicule mais elle reste coûteuse.
Si vous y allez en véhicule, attention aux marées et dégonflez vos pneus pour ne pas vous ensabler !

Fraser Island en excursion organisée :

Pour ceux qui ne souhaitent pas s’embêter à organiser le séjour, il existe des excursions organisées avec des tours opérateurs.

Vous partez à une quinzaine et montez dans des sortes de gros bus 4×4, assez impressionnants à voir ! Les formules vont d’une à trois journées sur place. Les tours sont une bonne solution pour les personnes n’étant pas rassurées par la conduite sur l’île. De plus, vous n’aurez pas à vous soucier des repas et d’où dormir.

Fraser Island à pied :

L’idée peut paraitre étrange mais elle nous a rapidement séduit (même Caroline a approuvé l’idée sans trop de difficulté). Parcourir Fraser Island à pied est un bon moyen de découvrir l’île à l’écart des sentiers battus (et des touristes !) et avec moins de dégâts sur le portefeuille. C’est aussi un défi sportif, mais à la portée de tout le monde. Le principal défaut, de ce mode de transport, est qu’il faut porter son sac contenant son attirail : tente, sac de couchage et nourriture. La vitesse de déplacement se trouvant aussi plus réduite, vous ne pourrez pas forcément visiter toute l’île de fond en comble. Mais vous profiterez plus intensément de votre chemin.

Pour vous préparer il vous faudra donc :

  • Du matériel pour dormir : tente, sac de couchage.
  • De quoi manger : pour notre part, n’ayant pas emporté de réchaud, nous n’avions que des denrées froides.
  • De quoi boire : nous étions parti avec 3 litres d’eau seulement. Nous nous sommes réapprovisionnés au niveau des lacs et réceptacles d’eau de pluie assez présents sur l’île.

Nous avions aussi pris des lingettes pour bébé afin de nous rafraîchir durant ces 4 jours. Comme vous pouvez vous en douter, il n’y a pas de douche sur l’île.

De plus, que vous visitiez Fraser Island à pied ou en 4×4, il vous faudra impérativement réserver les différents « campings » durant votre séjour sur le site des parcs nationaux du Queensland. En effet, afin de préserver l’environnement sur l’île, il n’est autorisé de dormir qu’à certains emplacements bien précis. Central Station, Dundubara et Waddy Point par exemple. De même, pour dormir sur la plage, il vous faudra réserver. Attention, les rangers patrouillent.

NOTRE ITINERAIRE DE FRASER ISLAND À PIED

Nous sommes partis 4 jours / 3 nuits sur Fraser Island à pied. Le départ de notre randonnée est situé à Kingfisher Bay Resort. C’est le point d’arrivée du ferry d’Hervey Bay.

carte de fraser island

Nous avons ensuite pris les sentier en direction du Lac McKenzie et pour y dormir : Lake McKenzie great walk camp site.
Le lendemain, nous avons marché jusqu’au Lake Wabby et y avons posé notre tente pour la nuit : Lake Wabby great walk camp site.
Le troisième jour, nous avions comme objectif d’aller le plus loin possible en stop en longeant la côte Est. Nous sommes donc allés jusqu’à Maheno Wreck, la fameuse épave de Fraser. Pour y aller, nous sommes évidemment passés par Eli Creek. Nous avons ensuite dormi sur la plage pour rentrer le quatrième jour en faisant encore une halte au Lac McKenzie.

Il est possible de prolonger jusqu’aux Champagne Pools en restant une journée de plus.

JOUR 1 : JUSQU’AU LAC MC KENZIE

Après un réveil matinal à 6h, nous laissons notre van, pour quelques jours, garé à l’embarcadère d’Hervey Bay gratuitement. Puis nous prenons les billets directement à côté du bateau.
Si vous voyagez vers Fraser Island à pied, vous pouvez même passer sans payer, si vous êtes vraiment limite côté portefeuille. Les voyageurs à pieds sont très rares et vous pouvez vous faufiler dans la queue pour les excursions organisées.

La traversée est rapide et agréable (50min d’Hervey Bay). C’est autre chose que notre excursion en voilier aux Whitsundays. Vous aurez même peut être la chance, comme nous, d’apercevoir des dauphins vous accompagnant sur le trajet. L’aventure commence bien !

A l’arrivée, vous avez le droit à un topo par les rangers sur les règles de sécurités vis à vis des dingos. Pas vraiment rassurés par le comité d’accueil, nous rentrons dans les choses sérieuses. Nous nous dirigeons vers la forêt pour démarrer notre trek au sein de Fraser Island. C’est parti pour plus de 11 kms à pieds jusqu’au lac McKenzie.

Nous marchons donc à travers les bois, tirés par l’enthousiasme du départ, jusqu’à arriver sur une sublime plage où nous rencontrons des mignons petits crabes bleus.

crabes bleus sur Fraser Island

Après cette pause, nous continuons notre marche à travers différents paysages : mi-sable, mi-forêt, mi-désert… Il n’y a pas trop de difficultés majeures, hormis les sacs à dos bien remplis qui tiraillent les épaules. Caroline me pique d’ailleurs mes chaussettes (propres heureusement) pour se les caler sous ses bretelles de sac à dos afin d’alléger la douleur. Nous faisons de fiers marcheurs seuls au milieu de rien.

11 kms plus tard, nous arrivons enfin au fameux Lac Mc Kenzie, quelle délivrance ! Le paysage vaut le coup, nous sommes seuls en cette fin de journée. L’image est parfaite : plage blanche qui borde ce lac d’eau limpide. L’eau est cristalline car oui, c’est un lac d’eau douce formé grâce à l’accumulation de l’eau de pluie.

Nous en profitons donc pour nous rincer de la saleté accumulée durant cette journée de marche et y restons jusqu’au coucher du soleil.

Puis, nous nous dirigeons vers le « camping » que nous avions réservé. Camping est un grand mot, c’est un espace de sable sous les arbres entouré de barrières pour empêcher l’irruption de dingos. Il y aussi des boîtes en fer pour sécuriser les denrées alimentaires des attaques d’animaux sauvages. Nous y sommes seuls sur ce camping à proximité immédiate du lac. Les 4×4 ayant interdiction de dormir près du lac. C’est vraiment l’avantage de découvrir Fraser Island à pied, nous découvrons un environnement paisible que très peu connaissent.

Une fois la tente montée et la nuit tombée, nous nous dirigeons vers le point d’eau qui se situe à l’extérieur des barrières, bien pratique. Très peu rassurés et armés de nos lampes de poche, nous nous dépêchons de nous brosser les dents. Nous étions à l’affut de tous les bruits, craignant de voir arriver des dingos ! Mais heureusement pour nous, nous rentrons à l’intérieur des barricades sains et saufs.
C’est à ce moment là que Caroline couru se réfugier dans la tente et que dans un coin de son faisceau de lumière, j’aperçois quelque chose… Un python !

Celui-ci s’était étalé le long de notre tente… Nous n’en voyons pas le bout et n’osions pas le déranger de peur qu’il ne nous attaque ! Mais après 30min sans qu’il ne se décide à bouger, nous tapons le sol de nos pieds afin de lui faire peur et qu’il parte. Cependant, sa seule réaction fut de se rapprocher de nous et de mettre sa tête en ressort en position d’attaque. La grosse frayeur, nous sommes partis en courant, ne sachant où aller car nous étions seuls sans personne autour. Nous sommes donc revenus à la tente au bout de 2min et sans doute à cause nos vibrations il décida de partir. C’est à ce moment que nous primes l’ampleur de sa taille, il n’en finissait pas. Il faisait plus de 2 mètres!

Dès que notre compagnon se fut éloigné, nous nous réfugiâmes dans la nuit. Nous nous endormis très rapidement malgré les émotions. Nous fumes cependant réveillés au bout de 2h par la pluie (et oui, ca arrive en Australie). Celle-ci perlait dans la tente à travers la toile très fine de notre magnifique tente premier prix.

JOUR 2 : LE LAC WABBY

Le réveil fut rude après cette nuit périlleuse. En plus, de la visite du python et de l’invitation de la pluie, nous avons les hanches en compote. Et oui, nous n’avions pas pris de matelas.

Cependant, nous étions d’attaque pour une nouvelle randonnée, vers le lac Wabby cette fois ! Le petit déjeuner pris au bord du lac, avant l’arrivée des touristes, nous donna du courage malgré les quelques nuages pointant dans le ciel.

Nous reprîmes donc notre marche pour plus de 14 kms avec des sacs légèrement plus léger que la veille. L’avantage de manger, c’est que ça vide le sac.

Le paysage changeait complètement de la veille, nous sommes arrivés dans un paysage complètement désertique. Il y avait beaucoup plus de montée et nous étions exténués. Nous étions donc ravis quand nous sommes arrivés à notre nouveau camping. Beaucoup moins quand on vit que le lac se situait encore à plus d’un kilomètre, au bout d’une montée de sable.

Mais nous prîmes notre courage à deux mains pour arriver sur un magnifique lac avec une eau verte. Le contraste est très étonnant. La pente ensablée, qui fait penser à la dune du Pila, nous permis de faire de belles glissades sur le sable. Contrairement au lac Mc Kenzie, nous ne plongeons pas tête la première dans le lac. L’eau était bondée de petits poissons qui se sont amusés à martyriser Florian en prenant ses poils de jambes pour des algues.

lac wabby entre sable et forêt

Après s’être bien reposés, nous décidons de remonter la pente de sable à bout de force pour retourner à notre camping où nous étions, comme la veille, seul au monde. Cependant cette fois, pas de barrière anti-dingo, nous n’étions pas vraiment rassurés (même si celles-ci n’arrêtent visiblement pas les pythons).

JOUR 3 : LA PLAGE DE FRASER ISLAND

Réveil agréable, nous avions (relativement) bien dormi au sec. Après un petit déjeuner express, nous avons pris la direction de la plage à travers les dunes. De bon matin, cela fait plaisir de se trainer dans les dunes avec nos sacs à dos toujours bien lourds !

Mais après avoir traversé l’étendue de sable et la forêt, nous arrivons sur la plage après 4 kms de marche. C’est sur la plage que tous les 4×4 circulent. Nous essayons donc le stop et cela marche, une voiture avec un gentil Néerlandais et sa fille. Nous croisons même notre premier dingo sur la plage. Celui-ci, pas farouche, se baladait tranquillement sans nous prêter la moindre attention.

dingo sur Fraser Island

Tout de suite, en voiture, nous avalons les distances beaucoup plus vite. Nous arrivons donc rapidement à Eli Creek, une rivière s’écoulant sur la plage. Ce petit oasis est très sympa pour se baigner. Certaines personnes s’amusent même à dévaler la rivière en bouée en profitant du courant.

rivière eli creek

Après cette halte bien méritée, nous repartons vers Maheno Shipwreck, la fameuse épave de bateau échouée sur la plage. Elle est là depuis la Seconde Guerre mondiale et mérite le coup d’oeil !

épave de bateau Maheno Shipwreck sur la plage de Fraser Island

Puis, ne trouvant pas de lift, nous repartons vers Eli Creek à pied, sous le soleil pendant 2 kms. Nous souffrons et les aigles nous tournaient même autour, attendant sans doute que Caroline s’effondre de fatigue. Mais nous tenons bon et arrivons à Eli Creek alors qu’un avion passait au dessus de nos têtes et atterrit sur la plage !

A Eli Creek, nous rencontrons un couple de français très sympas qui nous proposent d’établir le camp ensemble pour la nuit au milieu des dunes.
Ravis d’avoir de la compagnie et de la nourriture chaude, nous les avons suivis. Avant que la nuit tombe, nous avons pu faire une petite balade sur la dune pour admirer l’engloutissement des arbres par le sable. Nous avons ensuite pu profiter de la soirée à se raconter des histoires devant le feu en flambant des bananes avec du chocolat, un régal ! On se couche le ventre bien plein et réchauffé de notre petit feu.

dune de sable engloutissant la forêt sur Fraser
camping sauvage à fraser island

JOUR 4 : LE RETOUR AU CONTINENT

Après une bonne nuit, nous nous réveillons avec la bonne surprise de retrouver un dingo endormi au chaud au dessus des braises chauffantes de notre feu de la veille. Il a bien évidemment pris peur et s’est enfui avant qu’on puisse prendre la moindre photo. Nous poursuivons notre réveil en se dirigeant vers la plage pour admirer le lever de soleil sur l’océan. Malheureusement, quelques nuages mal placés nous empêche d’avoir un ciel orné de 1 000 couleurs mais le spectacle est tout de même sympa.

Avant le départ, nous prenons le petit déjeuner avec le couple de français et profitons encore un peu de leur réchaud, un vrai bonheur. Le café soluble avec des morceaux n’est cependant pas au goût de Caroline qui en viendrait presque à se plaindre.

Pour retourner au ferry, les français nous avancent un peu en 4×4 puis retour à notre moyen de prédilection : la marche. Cependant au bout de quelques kilomètres, très bonne surprise, on recroise les néerlandais. Le trajet jusqu’au lac Mc Kenzie sera donc plus simple que prévu et nous permet de profiter encore du lac pour nous 2 seulement.

lac mckenzie de jour

Une petite baignade, un repas délicieux (semoule à l’eau froide avec une conserve de thon à la tomate) et nous sommes repartis pour une randonnée express de 11 kms pour arriver à l’heure au ferry !

Les jambes en compote mais des images pleins la tête, nous retrouvons notre van avec une seule envie : nous doucher ! Mais, après un peu de route, nous arrivons à notre free camp pour la nuit qui n’a pas de douche. Cela commence à faire long, 5 jours et sans changer d’habits pour Florian…

Pour résumer, ce (long) article, Fraser Island, la fameuse plus grande île de sable au monde, est une expédition qu’il faut absolument faire. Cette île est unique et mérite le détour, que cela soit en 4×4, à pied ou en excursion organisée. Fraser Island à pied, ça pique mais il faut oser et vous découvrirez une autre île seul au monde. Vous ne pourrez cependant pas voir toute l’île, à moins de faire du stop. Il faudra donc faire des choix !
Pour suivre la suite de nos aventures sur la côte Est de l’Australie, retrouvez notre article dédié. Retrouvez aussi notre article sur tous les conseils pour un Roadtrip en Australie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *